Lecture Spirituelle – Dimanche 27 mai 2018

Lecture Spirituelle – Dimanche 27 mai 2018

Date de publication: 22 mai 2018

Semaine du 21 mai 2018  (référence : lectures du dimanche 27 mai)

Fête de la Sainte Trinité                                                                            

Lectures : Dt 4,32-34.39-40 ; Rom 8,14-17 ; Matthieu 28,16-20

“Allez et faites des disciples dans toutes les nations ; baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. »

Réflexion vincentienne

Ce dimanche, nous fêtons la Sainte Trinité qui est la réalisation de la communion d’un seul Dieu en trois personnes différentes : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. C’est un dogme de l’Église, c’est-à-dire, il s’agit de quelque chose que l’on ne peut pas prouver par des moyens humains, mais que nous croyons à travers l’enseignement de l’Église. L’enseignement de l’Église  peut se baser sur les Écritures (Ancien et Nouveau Testament), les documents et la tradition. Les lectures d’aujourd’hui nous indiquent que le dogme de la Sainte Trinité se basait directement sur les Écritures.

Depuis les premiers temps de la chrétienté, cela fut l’un des thèmes les plus discutés au sein de l’Église. Beaucoup étudièrent profondément la Sainte Trinité, comme Saint Augustin. Ce ne fut qu’en 325 (pendant le premier Concile de Nicée) que le crédo (profession de foi) fut officialisé en tant que dogme.

Pour nous, la signification du dogme de la Sainte Trinité dans notre vie est plus importante que son processus d’approbation et définition. Quelle différence l’existence de la Sainte Trinité entraîne-t-elle pour nous ?

Pour cela, nous devons comprendre la signification de chacune des trois personnes divines. Le PÈRE ne fut ni créé ni généré, il a toujours existé. Ce fut Lui qui envoya son Fils pour qu’il se transforme en chair comme nous (incarnation), meure et ressuscite pour nous sauver. Le FILS a toujours existé (il fut généré dans l’éternité de la substance) et est de la même nature que le PÈRE. Il se transforma en homme et, en tout, sauf pour le péché, il devint comme nous, avant de retourner aux côtés du Père. Le SAINT-ESPRIT ne fut ni créé ni engendré, mais il représente l’amour intime et infini de Dieu pour les hommes. Il s’est manifesté dans le Baptême et dans la Transfiguration de Jésus et s’est révélé complètement à la Pentecôte. L’ESPRIT habite en chacune des personnes qui optent pour la foi en Dieu, transformant en réalité la relation intime de la personne avec Dieu.

Nous pouvons dire que c’est le Père qui génère, le Fils qui est engendré et le Saint-Esprit qui réalise (1).

Donc, pour nous vincentiens, la Sainte Trinité montre que Dieu est éternel et créateur : s’Il a toujours existé et a créé tout ce qui existe, alors il est à l’origine de notre vie en tant que personnes. La Sainte Trinité nous montre également que Jésus est réel, qu’il est l’expression en chair et en os du Père, et donc la concrétisation de l’amour du Créateur pour nous, en tant qu’individus. Finalement, le Saint-Esprit qui habite en nous et nous fait réagir dans la foi, l’espoir et la charité se trouve au cœur de la Sainte Trinité.

Chaque fois que nous rendons visite au Pauvre, nous apportons notre foi en la Sainte Trinité et nous rendons possible la rencontre surnaturelle du Saint-Esprit qui se trouve en même temps dans l’âme du Pauvre et dans la nôtre. Ce n’est qu’à travers notre foi en la Sainte Trinité que nous pouvons croire en cette mystique de la visite vincentienne.

Que c’est extraordinaire !

  • D’après le Quatrième Concile de Latran
Partager sur

Newsletter

Retrouvez toute l'actualité du Conseil Général et de la SSVP à travers le monde en vous abonnant à Ozanam Network, la newsletter du CGI, éditée en 4 langues (Français, Anglais, Espagnol, Portugais)

Je m'abonne

Lectures spirituelles

Lectures hebdomadaires, réflexions et témoignages pour approfondir sa spiritualité

Lire

Lire également

Plus de lectures