Lecture spirituelle – dimanche 3 juin 2018

Lecture spirituelle – dimanche 3 juin 2018

Date de publication: 29 mai 2018

Fête-Dieu (Solennité du Corps et du Sang du Christ)                                

Lectures : Ex 24,3-8 ; Hb9, 11-15, Marc 14, 12-16-22-26

“Prenez, ceci est mon Corps (…). Ceci est mon Sang, le Sang de la nouvelle alliance »

Réflexion vincentienne

Ce dimanche, nous fêtons la Solennité du Corps et du Sang du Christ (Corpus Christi). La Solennité du Corps et du Sang du Christ fut instaurée au milieu du XIIIe Siècle, à une époque où l’on communiait très peu et où l’on doutait de la « présence réelle » de Jésus dans l’Hostie consacrée après la célébration de l’Eucharistie. Donc, il y avait le doute si l’adoration du Saint Sacrement était effectivement valable; on pensait qu’après la consécration (la messe), le pain conservé dans le tabernacle n’était plus le corps et le sang du Christ.

En réalité, la foi de l’église dans la présence de son Seigneur ressuscité dans le mystère de l’Eucharistie remonte à l’origine de la communauté chrétienne. Saint Paul transmet aux Hébreux, en ce jour du Corpus Christi, ce qu’il reçut de la tradition, environ 25 ans après la mort de Jésus. Il s’agit du récit le plus ancien de l’Eucharistie. L’Église n’a jamais abandonné cette centralité. L’Évangile de Marc nous  présente aujourd’hui un récit semblable de l’institution de l’Eucharistie.

En premier lieu, il faut que nous,vincentiens, réfléchissions sur notre véritable foi dans la transsubstantiation du pain et du vin en Corps et Sang du Christ pendant la messe. Avons-nous conscience de cette réalité chaque fois que nous recevons le Christ pendant la communion, ou en faisons-nous un acte mécanique ? Chaque fois que nous communions, nous devrions dire à Jésus : « Je crois que tu es présent dans cette hostie que je reçois maintenant dans mon corps, pour sanctifier mon âme ! » La certitude de la présence de Jésus dans l’Hostie consacrée à la messe nous donne la force pour aller à la rencontre du Pauvre. Nous n’y allons pas seuls, car nous portons physiquement le Christ en nous : nous y allons ensemble moi et le Maître Suprême pour rencontrer et apprendre de notre Seigneur et Maître. Notre corps se transforme en temple de Dieu, en allant au sanctuaire de l’amour qu’est la maison du Pauvre.

En deuxième lieu, il est également nécessaire que les vincentiens aient confiance en la présence du Christ dans le sanctuaire, dans le Saint Sacrement de l’autel et aillent le visiter. Bien que nous connaissions Saint Vincent dans l’aspect de l’action, à travers la rencontre avec le Pauvre, il faut se rappeler qu’il passait de nombreuses heures à prier devant le sanctuaire, écoutant ce que Dieu avait à lui dire. Frédéric Ozanam faisait la même chose dans la Chapelle du Carmel, dont la crypte abrite ses restes.

Comme a dit le Pape Benoît XVI, « communion et contemplation ne peuvent pas être séparées, car elles vont ensemble. Pour communiquer véritablement avec quelqu’un d’autre, je dois le connaître, être capable d’être en silence à ses côtés, l’écouter et le regarder avec amour. L’amour authentique et la véritable amitié se nourrissent toujours de cette réciprocité de regards, de silences intenses, éloquents et remplis de respect et de vénération, de façon à ce que la rencontre soit vécue profondément, de façon personnelle et non superficielle. » (1)

Le Corps et le Sang du Christ font partie de notre sanctification en tant que vincentiens. En complément des paroles du Pape Benoît XVI, nous pouvons dire que la communion, la contemplation et la visite ne peuvent pas se séparer, car elles cheminent côte à côte.

  • Homélie de Benoît XVI pour la Solennité du Corps de Dieu en 2012
Partager sur

Newsletter

Retrouvez toute l'actualité du Conseil Général et de la SSVP à travers le monde en vous abonnant à Ozanam Network, la newsletter du CGI, éditée en 4 langues (Français, Anglais, Espagnol, Portugais)

Je m'abonne

Lectures spirituelles

Lectures hebdomadaires, réflexions et témoignages pour approfondir sa spiritualité

Lire

Lire également

Plus de lectures